Le cancer du pancréas : une tumeur redoutable

Des millions de personnes décèdent d’un cancer du pancréas chaque année. C’est en effet l’une des tumeurs les plus redoutables après celle du poumon, des seins et de la prostate. Si le taux de survie est moindre, c’est notamment parce que cette maladie ne manifeste aucun signe qui peut indiquer sa présence. Dans 85% des cas, elle est diagnostiquée lors de son stade final. Voici quelques informations pour en savoir davantage sur cette pathologie.

Les facteurs de risques et les symptômes du cancer du pancréas

Parmi les nombreux cancers existants, celui du pancréas est le moins fréquent. Il touche deux hommes pour une femme. D’après les études, on a trois fois plus de risque de développer cette tumeur lorsqu’on fume ou quand on adopte un régime riche en graisse. La consommation d’alcool est aussi un facteur dominant. Enfin, dans les statistiques médicales, on associe également cette maladie à l’obésité, au diabète et au manque d’hydratation. En revanche, l’hypothèse selon laquelle l’excès de caféine pouvait provoquer cette pathologie est désormais abandonnée.

Les symptômes du cancer de pancréas sont difficiles à définir. D’ailleurs, ces derniers se manifestent généralement lorsque la maladie atteint sa phase finale. C’est pour cela que la prise en charge est souvent en retard. Cependant, quelques signes devraient alerter tout un chacun à aller consulter rapidement un médecin, comme les douleurs derrière l’estomac, une perte de poids rapide et les vomissements fréquents. Par ailleurs, les signes d’insuffisance sécrétoire et un jaunissement de la peau apparaissent aussi chez 32% des patients. Dans tous les cas, si l’on soupçonne des indices qui peuvent indiquer la présence de la tumeur, il faut vite s’adresser à un spécialiste.

Le diagnostic et le traitement du cancer du pancréas

Le cancer du  pancréas est souvent diagnostiqué tardivement parce qu’aucun signe particulier n’indique clairement sa présence. Cependant, si l’on remarque un changement important sur son état de santé, il faut consulter directement un professionnel.

Dans un premier temps, on peut s’adresser à son médecin de famille qui réalisera des examens classiques. Celui-ci dépêchera ensuite le patient à un centre spécialisé pour effectuer une échographie et un scanner abdominaux. Ce qui servira à observer la présence d’une masse palpable au niveau du foie. Une biopsie sera pratiquée pour confirmer le diagnostic. Cette analyse est nécessaire pour constater le développement des cellules cancéreuses. Enfin, les signes de compressions peuvent être déterminés par radiographie et échotomographie.

Toutes ces procédures permettront de connaitre le stade de la tumeur et les traitements adaptés. Mais dans la majorité des cas, les interventions chirurgicales sont incontournables. Selon la zone de la formation du cancer, le chirurgien procèdera à l’ablation de la queue de la rate, à une pancréatectomie totale ou à une DPC (duodénopancréatectomie céphalique). L’opération peut être accompagnée de soins médicamenteux, de chimiothérapie ou de radiothérapie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *