contamination covid métro bus train

Une étude révèle les probabilités de contamination à bord d’un transport en commun

Une équipe de scientifiques de l’université de Southampton a mené une étude pour analyser les risques de contamination par le Covid-19 dans un transport en commun. Les résultats de l’étude démontrent la gravité de la situation et le rôle capital que jouent les gestes barrière et le port du masque.

Risques de contamination dans les wagons

L’étude menée par les chercheurs de l’Université de Southampton en collaboration avec l’Académie chinoise des sciences a porté sur un wagon à bord duquel voyageait une personne infectée. Selon ces chercheurs, le risque de contamination existe bel et bien. Il est fonction de la disposition des autres passagers par rapport à la personne infectée, et aussi du délai du trajet.

L’étude a consisté en une simulation du voyage au cours duquel des passagers ont été installés à proximité de la personne infectée. Selon les résultats, entre 0 et 10 % des passagers pourraient être infectés. Le taux moyen de contamination était de 0,32 % pour ces personnes qui étaient à proximité du malade. Les voyageurs qui étaient installés directement à proximité du patient étaient les plus exposés avec un fort pourcentage. La probabilité pour ceux assis dans la même rangée que lui était de 1,5 %. La moyenne pour ceux assis directement sur le siège que le malade avait occupé est de 0,075 %.

Une possible corrélation entre la durée du voyage et l’emplacement du siège

Les chercheurs se sont également penchés sur les probabilités de contamination pour chaque siège. Pour cela, ils ont tenu compte de plusieurs paramètres à savoir : le nombre de personnes infectées ayant emprunté le wagon, le nombre de passagers et aussi le temps du parcours qui va de 1 à 8 heures. 

L’étude a porté sur 2334 personnes infectées et 72 093 passagers en contact direct avec les malades. Le constat est que le risque de contamination augmentait de 0,15 % pour chaque heure passée en compagnie d’un malade. Pour les passagers à proximité du malade, le risque était de 1,3 % par heure.

À l’issue de l’étude, les chercheurs sont parvenus à la conclusion que le risque de contamination était grand à bord des transports en commun. Ils en appellent à la responsabilité de chacun, afin qu’il y ait moins de voyageurs à bord des transports en commun. Les mesures de distanciation sociale doivent être respectées scrupuleusement de même que les règles d’hygiène. Le port de masque aussi devrait être systématique ainsi que les contrôles sanitaires à l’embarquement.Pour ces chercheurs, le risque n’est pas seulement lié au contact direct, mais aussi au temps passé à proximité du malade. C’est pour cela qu’ils recommandent de réduire aussi le délai de voyage en compagnie des personnes infectées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *