Trois méthodes pour combattre les allergies

Difficultés respiratoires, nez qui coule, urticaire atopique, eczéma, œdème voire choc anaphylactique, certains d’entre nous peuvent voir, du jour au lendemain, leur vie empoisonnée par ces symptômes qui peuvent parfois être très handicapants. Les allergies, qui touchent près de 30 % de la population, sont devenues un véritable problème de santé publique d’autant qu’elles sont en pleine expansion. Les origines sont multiples : environnement, pollen, animaux, alimentation, cosmétiques… et combattre une allergie n’est pas forcément chose facile. Essayons d’y voir plus clair.

L’allergie : une défaillance du système immunitaire

Les allergies, ou plutôt les manifestations allergiques, sont provoquées par une dérégulation du système immunitaire. Face à une substance normalement inoffensive (allergène), le système immunitaire surréagit en la considérant comme dangereuse. Il libère alors des substances censées défendre notre organisme, mais qui sont elles-mêmes, à l’origine de tous les symptômes évoqués précédemment. S’il existe une prédisposition génétique, on connaît mal ce qui peut rendre un individu allergique à n’importe quel moment de sa vie.

Peut-on en guérir ?

Les scientifiques sont très partagés concernant la réponse à cette question. En matière de guérison à proprement parler, il n’y a qu’une seule solution : la désensibilisation. Ensuite, ce sont plutôt des solutions palliatives, c’est-à-dire qu’elles atténuent ou suppriment les symptômes mais n’en traitent pas la cause. La plus radicale est l’éviction, c’est-à-dire éviter tout contact avec l’élément déclencheur (l’allergène). Parfois impossible à mettre en œuvre, l’unique moyen de se soulager demeure le recours à des traitements médicamenteux symptomatiques.

La désensibilisation

La désensibilisation,  encore appelée immunothérapie, est considérée comme la seule technique pouvant enrayer définitivement une allergie. Encore faut-il avoir identifié l’allergène. Une fois identifié, l’allergologue injecte des doses progressives de l’allergène concerné pour réapprendre au système immunitaire à réagir normalement dès lors qu’il y sera à nouveau confronté. Relativement controversée par le corps médical quant à son efficacité, elle est particulièrement recommandée pour vaincre les allergies aux poils d’animaux et aux venins d’insectes. Pour les allergies aux pollens, les taux de réussite se situent entre 60 % et 70 %. Par contre, la durée de traitement est longue, et peut dépasser trois ans.

L’éviction

La méthode la plus radicale pour combattre une allergie est bien évidemment de faire en sorte de ne plus jamais être en présence de l’allergène. Cela suppose, comme pour la méthode précédente, d’avoir identifié l’allergène. Si pour certains allergènes (alimentaires, cosmétiques, animaux…), l’éviction totale est possible, elle se révèle quasiment impossible pour d’autres allergènes (pollen, poussière…).

Les traitements médicamenteux

Le mot traitement est ici surévalué. Car les médicaments prescrits, en cas d’allergie, soulagent effectivement les symptômes mais ne « traitent » absolument pas la cause. Ces médicaments sont en général des antihistaminiques, des corticoïdes, des antileucotriènes, des anticholinergiques, des antibiotiques… la palette est assez large. En revanche, leur efficacité est plutôt satisfaisante.

Conclusion

Alors même que le nombre de produits allergisants et que le nombre de personnes allergiques, augmentent sans cesse, la médecine est relativement démunie pour y faire face. L’éviction, si elle possible ou la désensibilisation peuvent être, dans certains cas des solutions efficaces. Heureusement que des traitements médicamenteux symptomatiques existent, car ils permettent pour une majorité d’allergiques d’améliorer considérablement leur qualité de vie.

4 pensées sur “Trois méthodes pour combattre les allergies

  • juillet 20, 2018 à 7:50
    Permalink

    Ca fait un moment que je souffre d’allergie…vraiment pas facile de s’en débarrasser. Les médoc sont efficaces sur le moment… mais ça ne résout pas le problème à long terme. Merci encore pour le partage d’info.

    Répondre
    • juillet 20, 2018 à 11:49
      Permalink

      Merci pour votre commentaire

      Répondre
  • juillet 20, 2018 à 8:14
    Permalink

    Salut tout le monde,

    Rebelote, tous les ans c’est une vraie cata pour moi quand le printemps arrive car le pollen et moi ça fait deux! J’ai testé l’homéopathie sans succès.
    Grâce à des traitements médicamenteux mon problème d’allergie c’est atténué. Il me semble que la solution numéro un, cité dans cet article marche aussi.
    N’hésitez pas à aller y jeter un oeil

    Répondre
    • juillet 20, 2018 à 11:50
      Permalink

      En effet, l’homéopathie n’est pas très efficace pour les allergies au pollen.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *