La pilule contraceptive nécessite-t-elle systématiquement une ordonnance valide ?

En France, 50% des femmes prennent la pilule contraceptive, pour ainsi en consommer jusqu’à 8000 comprimés au cours de la vie féconde (chiffres-clés du Ministère de la Santé). Beaucoup de femmes rêvent de pouvoir acheter leurs pullules sans ordonnance. Cependant, dans l’Hexagone, comme dans la plupart des pays Européens, ce médicament à base d’hormones ne peut pas être délivré sans une ordonnance médicale valide. Mais consolons-nous en nous disant que, depuis la date de commercialisation de la première pilule (c’était en 1967), l’Etat a beaucoup facilité l’accès à ce médicament. Tour d’horizon sur les principaux avantages et inconvénients sur une éventuelle levée de cette limite.

La pilule contraceptive, c’est quoi ?

Les pilules contraceptives, également appelées contraceptifs oraux, sont des médicaments que les femmes prennent pour prévenir la grossesse. Considéré comme la méthode de contrôle d’ovulation la plus efficace, ce type de médicament contient des hormones qui permettent de contrôler la période d’ovulation afin d’éviter tout risque de grossesse.

Pourquoi une pilule contraceptive sans ordonnance ?

Comme vous le saviez certainement déjà, la pilule contraceptive nécessite obligatoirement une ordonnance qu’il faut renouveler tous les ans. Toutefois, de récentes études ont révélé que la fiabilité relative de ce contraceptif oral devrait le rendre plus accessible. Pour beaucoup de femmes, la réglementation actuelle sur la contraception est ne favorise pas l’épanouissement. Entre les longues files d’attente chez les professionnels de santé, les frais de consultation de plus en plus élevés et la nécessité d’adapter son agenda avant l’expiration de l’ordonnance, peu de femmes font l’éloge de cette réglementation.

Pourquoi le gouvernement devrait songer à lever les restrictions sur la pilule contraceptive ? Découvrez ci-dessous les avantages d’une telle mesure :

  • la nécessité de voir régulièrement un professionnel de santé peut être coûteuse et chronophage ;
  • pour les jeunes femmes défavorisées et celles qui peinent à accéder au remboursement de la sécurité sociale, ces obstacles peuvent être considérables ;
  • il est parfois gênant de parler de sa vie sexuelle, même à son propre médecin ;
  • sans un accès facile à une contraception hormonale efficace, peu de femmes parviennent à utiliser des contraceptifs, beaucoup d’entre elles choisissent des méthodes de contraception moins efficaces (telles que le préservatif, le patch contraceptif, l’implant contraceptif, les progestatifs injectables ou encore les spermicides) ;
  • et de toute façon, la pilule contraceptive sans ordonnance existe déjà bel et bien. Elle est en vente dans certaines pharmacies (plus d’informations dans l’article https://www.pharmacity.info/acheter-pilule-sans-ordonnance/).

En France, jusqu’à 30% des femmes qui n’ont pas recours à la contraception, ou qui utilisent une méthode moins efficace, avouent qu’elles prendraient probablement de la pilule si celle-ci est disponible sans ordonnance. Par ailleurs, pour certaines femmes, la consultation médicale constitue un obstacle important à l’utilisation de la contraception hormonale : une pilule sans ordonnance ne fera donc que rendre plus accessible cette méthode et de réduire les risques de grossesse non désirée.

Pourquoi une pilule sans ordonnance serait une mauvaise idée ? Avant tout, en cas de forte dose ou d’intolérance, la prise de pilules contraceptives combinées peut avoir des conséquences sur la santé. Le plus grave danger en cela est la formation de caillots sanguins. Bien que rare, la mort subite engendrée par ce trouble est choquante. Mais malheureusement, cette situation peut arriver même avec la réglementation actuelle sur la pilule contraceptive. Bien que de nombreux professionnels de santé examinent avec soin les femmes tout en les informant sur l’utilisation de ces médicaments, la qualité des consultations reste variable. Jusqu’à présent, l’on ignore les raisons pour lesquelles une femme ne devrait pas prendre la pilule. Certains médecins chercheurs ont établi des critères d’admissibilité médicale complète pour minimiser le risque d’effets indésirables graves liés à l’utilisation de contraceptifs oraux. Les femmes souffrant d’hypertension artérielle, de migraines, d’antécédents de thromboembolie veineuse (obstruction d’un vaisseau sanguin) sont plus susceptibles de subir les effets secondaires de la pilule contraceptive. Ainsi, un diagnostic approprié, réalisé par un médecin, pourra dans un premier temps évaluer les risques éventuels sur l’utilisation de cette méthode contraceptive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *