chevillière

Comment bien choisir sa chevillière ?

La chevillière, appelée également attelle de cheville, a pour fonction de maintenir l’articulation qui unit le pied à la jambe, soit la cheville. Très fragile, ce point de jonction est souvent soumis à divers traumatismes. Le port d’une chevillière peut s’avérer indispensable pour soulager la douleur et immobiliser l’articulation. Selon la lésion, il est important de sélectionner la bonne chevillière parmi toutes celles existantes.

La chevillière ligamentaire

Le port d’une chevillière ligamentaire est préconisé dans le cas d’un traumatisme des ligaments latéraux de la cheville. Elle est conseillée pour les entorses bénignes et moyennes. Composée de bandes élastiques de compression, elle permet de maintenir la cheville et de la stabiliser. Cette chevillière va également soulager la douleur et surtout résorber l’œdème par une bonne compression. Souvent dotée de coussinets localisés sur les malléoles, elle apporte un véritable confort à son porteur.

La chevillière sport

La chevillière sport a pour objectif de protéger la cheville pendant des séances de sport afin d’éviter des entorses et des foulures. Elle se doit d’être portée plus particulièrement par des personnes qui ont déjà eu un traumatisme à la cheville ou en prévention pendant une activité sportive. Cette chevillière élastique a pour objectif de maintenir l’articulation par une compression qui doit s’adapter en fonction des besoins du sportif.

La chevillière entorse

Selon la gravité de l’entorse différentes chevillières pour entorses sont à envisager. La chevillière proprioceptive est à sélectionner dans le cas de petites douleurs articulaires. Elle est composée d’un tricot de compression. L’attelle de cheville est à porter après un traumatisme ou en post-opératoire. Elle immobilise la cheville et réduit l’œdème. La botte de marche est à utiliser pour une entorse grave, notamment après une intervention. Quant à la chevillière dite ligamentaire, elle est décrite ci-dessus.

La chevillière de maintien

La chevillière de maintien est prévue pour de légères douleurs articulaires ou suite à une entorse bénigne ou à une reprise d’activité sportive. Selon l’antécédent de la blessure, le choix de la chevillière se fait en fonction de l’intensité du sport ou des besoins journaliers de la personne. Un tissu élastique compressif de classe 3 est plutôt conseillé afin d’éviter de nouvelles torsions au niveau de la cheville.

La chevillière tendon d’Achille

Destinée, comme son nom l’indique, pour protéger le tendon d’Achille, la chevillière tendon d’Achille est une chaussette dotée d’une talonnette, la plupart du temps, elle est proposée en silicone. Elle a pour fonction d’absorber les chocs de la marche, ce qui permet au tendon d’être moins sous tension. Néanmoins, il faut prévoir une seconde talonnette sous l’autre pied afin d’équilibrer les deux jambes pour la marche.

La chevillière souple

La chevillière souple s’adresse aux personnes dont la cheville se montre douloureuse ou a été fragilisée à la suite d’une entorse bénigne par exemple. Elle offre une zone de confort au niveau des malléoles avec son tissu élastique et sa compression de classe 2. Elle réduit à la fois la douleur et l’œdème. Enfin, elle aide à retrouver une activité physique normale et à stabiliser la cheville.

La chevillière course à pied

En prévention ou après une interruption du sport course à pied, la chevillière course à pied est vivement conseillée. Énormément sollicitée, la cheville nécessite un maintien important à chaque foulée. Cette chevillière garantit une compression qui évite un traumatisme de la cheville, comme une entorse. Discrète, elle possède un tricot confortable, apporte une compression identique sur toute l’articulation et se porte dans les chaussures sans volume.

La chevillière basketball

La chevillière basketball est conçue pour répondre aux problématiques de prévention et en traitement thérapeutique pour les basketteurs. Elle agit à la fois en prévention des lésions ligamentaires de la cheville et prévient les entorses en stabilisant l’articulation. Les instabilités sont ainsi maîtrisées et les mauvais mouvements évités grâce à l’effet compressif de la chevillière. Cette dernière est dotée d’un tricot qui évacue la transpiration grâce à des aérations.

Vous hésitez encore sur le type de chevillière à adopter selon vos symptômes ? Pour en savoir plus sur l’ensemble des modèles de chevillières disponibles nous vous invitons à vous rapprocher d’un spécialiste de l’orthopédie pour définir ensemble la meilleure solution à adopter.

1 commentaire sur “Comment bien choisir sa chevillière ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *