Pique-nique sur l’herbe, sieste dans le gazon, promenade en forêt… Si vous êtes adeptes de ce genre de loisirs, vous devez vous préparer à être victime d’une piqûre d’aoûtat. C’est d’autant plus compliqué à reconnaître que les symptômes d’une piqûre de l’acarien des jardins s’apparentent à ceux d’autres piqûres d’insectes. Une fois que vous en avez été victime, que faut-il faire pour se soigner ? On vous dit tout dans ce mini-dossier. 

Qu’est-ce qu’un aoûtat ? 

Scientifiquement connu sous le nom de « trombicula autumnalis », l’aoûtat est un acarien et non un insecte. Reconnaissable à sa couleur rouge et à ses 4 paires de pattes, l’aoûtat adulte vit essentiellement dans les jardins et autres endroits verts ombragés et humides. Pour savoir la période propice de l’aoûtat, sachez que l’acarien est très actif aux premières chaleurs, du printemps à l’automne. 

Il survit en tant que parasite principalement sur les animaux. Une piqûre d’aoûtat sur un chien, sur un chat ou sur un oiseau est courant, même s’il s’attaque aussi à l’homme. Dans les cas de piqûre d’aoûtat dans la maison, la transmission se fait via des animaux domestiques infectés.

Comment opère l’aoûtat ? 

Le mythe selon lequel les aoûtats pondent sous la peau est totalement faux. En réalité, ce sont les larves qui sont responsables des piqûres. Une fois qu’elle s’est fixée à son hôte, elle se nourrit non pas de sang, mais plutôt de liquides tissulaires, notamment la lymphe et les tissus sous-cutanés. Elle se nourrit également de cellules malpighiennes de la peau qui sont préalablement digérées grâce à l’injection d’enzymes contenus dans sa salive. 

Généralement indolore, la piqûre d’aoûtat permet à l’acarien d’injecter sa salive sous la peau. Pour cela, la larve recherche un endroit où la peau est fine pour y pénétrer et créer un trou à l’aide de leur chélicère. Là, elle injecte sa salive et c’est l’action des enzymes qu’elle contient qui donne lieu aux différents symptômes. 

En principe, il faut 2 à 3 jours à une larve d’aoûtat pour se nourrir. Ensuite, elle tombe et s’enfouit sous la terre pour atteindre le stade adulte.

Comment reconnaître une piqûre d’aoûtat ? 

Les symptômes d’une piqûre d’aoûtat résultent d’une réaction allergique provoquée par la salive et de la réaction immunitaire de la peau à la suite du trou qui creusé par la larve sous la peau. Sans gravité et désagréables, ils permettent de reconnaître piqûre d’aoûtat

L’un des premiers signes est l’apparition d’éruptions cutanées, caractérisée par des plaques de 2 à 3 mm de diamètre quelques heures seulement après la piqûre. Il s’agit de boutons boursouflés, avec des rougeurs semblables à celles d’une piqûre de puces. 

Au bout d’une vingtaine d’heures, les premières démangeaisons surviennent. Elles sont très fortes et persistantes. Certains peuvent durer jusqu’à une semaine si elles ne sont pas traitées dans les heures qui suivent. 

Comment soigner une piqûre d’aoûtat ? 

À l’apparition des premiers signes, lavez-vous avec du savon de Marseille dans un bain chaud pour éliminer les larves restantes. Utilisez ensuite un antiseptique local pour désinfecter les zones affectées. Certaines huiles essentielles (romarin, cyprès, lavandin, thym, eucalyptus, sauge…) permettent de calmer les démangeaisons. 

Dans des cas graves où une piqûre d’aoûtat débouche sur l’apparition de symptômes allergiques, en l’occurrence une urticaire, un œdème et même des troubles de la respiration, il est urgent de consulter rapidement un médecin. Il vous prescrira une crème à base de cortisone et/ou de lidocaïne ou un traitement antihistaminique par voie orale. 

Comment éviter les piqûres d’aoûtat ?

Il est vrai que les aoûtats sont de petits acariens désagréables et leurs larves occasionnent des piqûres provoquant de démangeaisons fortes. Toutefois, il existe des moyens de les éviter, et de la sorte, se prémunir contre leur piqûre.

Il faut d’abord souligner qu’il est impossible d’éliminer ces acariens des endroits de promenade, de pique-nique, des lieux humides et des zones délabrées.  En effet, les aoûtats aiment les lieux ombragés et marécageux. D’abord pour éviter leur prolifération, il faut bien entretenir son jardin.

Une pelouse bien coupée à ras laissera pénétrer la lumière et, ainsi, les fera fuir. Ensuite, détruire les mauvaises herbes, les ronces et tailler les arbustes, les arbres afin qu’un maximum de lumière entre dans le jardin. Cet entretien est valable pour les mammifères qui constituent des mets de choix pour ces terribles acariens.

En cas d’une invasion importante, on peut faire recours à des traitements chimiques notamment les répulsifs antimoustiques. Par ailleurs, en ce qui concerne la prévention contre les piqûres des aoûtats, on peut utiliser du talc saupoudré sur les chemises, les pantalons, bref, les vêtements.

En outre, il est possible de mettre des huiles essentielles ou encore des répulsifs, surtout, vendus en pharmacie. Les hautes herbes constituent le logement idéal pour ces acariens, il faut donc veiller à leur élimination.De longs vêtements et finement tissés, des bottes ou encore une nappe pour un pique-nique entre copains sont également recommandés pour éviter les piqûres atroces des aoûtats. Ce sont des procédés qui vous protègent aussi contre les parasites comme les tiques.