Pourquoi la promotion médicale doit-elle évoluer ?

L’intensification des sollicitations des médecins par l’industrie pharmaceutique est un fait réel qui fragilise l’avenir du métier de visiteur médical. Aujourd’hui, nombreux sont les professionnels de santé qui s’opposent aux visites médicales. Cette situation oblige le secteur de la promotion du médicament à se réinventer, ou du moins à améliorer certains aspects de ses missions.

Répondre à des besoins grandissants

L’externalisation en Remote de la promotion de tout ou partie de sa cible représente à coup sûr une alternative parfaite des visites de terrain des délégués médicaux. Pour conquérir un grand nombre de professionnels en promouvant des médicaments, il est important de savoir étendre son marché. Dans cette optique, cliquez ici et prenez contact avec un professionnel de la relation client santé, qui vous aidera à mettre en place des opérations pour toucher astucieusement une plus large clientèle. Le recours à partenaire externe est d’autant plus intéressant, que l’objectif de l’élargissement de son marché exige de nouvelles stratégies en harmonie avec les besoins de chaque cible. La promotion par des supports digitaux se montre clairement efficace à ce sujet.

Les canaux digitaux s’affichent comme les médiateurs idéaux pour détendre l’atmosphère entre l’industrie pharmaceutique et l’ensemble des professionnels de santé. Les outils digitaux permettent surtout d’élaborer une stratégie hybride (approche omnicanal), pour compléter les visites de terrain des délégués médicaux.

promotion médicale

La pression exercée sur les médecins

Les laboratoires exercent une forte pression sur l’ensemble des professionnels de santé, notamment auprès des pharmaciens et des médecins, dont les habitudes professionnelles évoluent. Les médecins se plaignent par exemple de l’influence des délégués médicaux sur les prescriptions des médicaments. Or, le problème vient surtout du rythme de production des entreprises du médicament. Cette allure s’explique par la concurrence qui règne entre les laboratoires, et qui fait prédominer l’envie d’optimiser les ventes, plutôt que celle de donner des informations utiles et précises aux médecins.

Les visites de terrain favorisent largement ces opérations de plus en plus étouffantes pour les professionnels de la santé. Dans certains pays comme la Turquie, presque la moitié des médecins de certaines villes reçoivent au moins un visiteur médical par semaine. Certains témoignent qu’ils sont visités tous les jours. Pour éloigner les médecins de cette pression et de ses implications sur leur travail, il est donc primordial que la promotion médicale se tourne vers des méthodes moins « invasives ».

L’importance des dépenses affectées aux visites terrains

L’un des principaux arguments qui justifient l’importance de réduire la promotion en face à face se situe au niveau des frais engagés pour les opérations de terrain. Les services commerciaux des grandes entreprises pharmaceutiques représentent environ 40% de leurs effectifs totaux, pendant que les dépenses liées à la vente et la promotion s’évaluent à environ un quart de leur chiffre d’affaires. Pour les entreprises, il sera parfois plus important de rentabiliser que de jouer convenablement le rôle d’information et de mise à disposition de médicaments.

En conséquence, l’élaboration et le respect d’une certaine déontologie dans la promotion médicale deviennent des sujets essentiels pour les instances gouvernementales. Il est pourtant important, pour eux-mêmes comme pour le public, que les laboratoires pharmaceutiques puissent maintenir et développer leur activité grâce aux profits générés. En tenant compte de cette réalité, pour

accompagner l’État dans sa volonté de réguler la publicité des produits pharmaceutiques auprès des professionnels de santé, une réorganisation de la promotion médicale est donc nécessaire.

Laisser un commentaire